Billetterie LE MONFORT THÉÂTRE - billetterie : Réservez votre billet

Abonnement 2019 / 2020

Abonnement 2019 / 2020

  • Le Monfort - Paris

Abonnement 2019 / 2020


Pass La Grande Echelle

Pass La Grande Echelle

  • Le Monfort - Paris

Pass La Grande Echelle


HATE

HATE

  • Mer. 25 sept. à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

TENTATIVE DE DUO AVEC UN CHEVAL


En 2016, j’ai été amenée à tourner avec un cheval. Sa beauté, sa sensibilité semblaient appartenir à une relation utopique entre l’homme et l’animal. Il m’a alors semblé que la meilleure façon de parler de notre époque était de le faire en compagnie d’un cheval, avec moi sur scène. En 2017, j’ai donc écrit un journal intime : je suis partie en voyage, j’ai participé à la campagne présidentielle, écouté du rap, lu de la poésie, raconté mon quotidien. Nous questionnons aujourd’hui fortement le fonctionnement et les valeurs tout en en restant prisonniers. Je voulais apprendre de la sagesse d’un cheval, le faire parler, inventer sa pensée, son regard sur notre espèce. Je souhaitais revenir à une relation plus essentielle à l’autre. HATE essaye de mettre deux espèces au même niveau. C’est une utopie bien sûr, un conte, une fable sombre où il est donné un peu plus de liberté que d’habitude à une femme et un cheval.» Laetitia Dosch


{ PRESSE }


[Un] spectacle inclassable et réjouissant, qui n’a rien à voir avec les formes de théâtre existantes.Fabienne Darge, Le Monde


Don Quichotte au féminin lancé dans une épopée échevelée, Laetitia Dosch est crue, paradoxale et émouvante. (...) C’est beau, libre, perturbant. Une utopie fragile et éphémère comme un château de sable, qui fait bouger les lignes et reste en tête longtemps.Sophie Joubert, L’Humanité


Festival Fragment(s)

Festival Fragment(s)

  • 7 et 8 oct. 2019 à 19 h 30
  • Le Monfort - Paris

Fragment(s) est un festival de théâtre qui permet à douze compagnies de dévoiler une première étape de travail dans des lieux engagés auprès de la jeune création .
Il se déploie sur le territoire national en deux volets avec une programmation croisée : à l'automne zen Île de France puis jusqu'à la fin de la saison en région.


FRAGMENT(S) donne à voir ce moment particulier où le spectacle n'est pas complètement achevé, est encore fragile et en questionnement.
Il permet ainsi aux lieux de montrer à leurs publics ce processus de création habituellement peu visible.


AVEC DES FRAGMENTS DE PROJET :


- Tourisme - Compagnie Laïka
- La très bouleversante confession de l'homme qui a abattu le plus grand fils de pute que la Terre ait jamais porté - Collectif NightShot


FRAGMENT(S) a été fondé en 2013 par La Loge, Mains d’Œuvres et le Théâtre de Vanves. Il est organisé par La Loge.


L'HOMME CANON

L'HOMME CANON

  • Ven. 11 oct. à 10 h + autres horaires
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

IL est le projectile et IL pèse de tout son poids pour décrire sa courbe héroïque. Quelque part, ELLE chante, et IL plane.


Tous deux bien conscients du caractère poétique et kamikaze de la chose, ils se consument puis s'évaporent.


Dans L'homme canon, il est question d'ultime vertige, d'ivresse dans la sobriété et de jubilation dans la retenue.


FRACASSE OU LES ENFANTS DES VERMIRAUX

FRACASSE OU LES ENFANTS DES VERMIRAUX

  • Ven. 11 oct. à 18 h + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

A l’orphelinat des Vermiraux, il n’y a pas de musique, pas de livre, jamais de jeux.


Azolan, Basque et Fracasse, trois orphelins volent « Le Capitaine Fracasse », œuvre flamboyante de Théophile Gautier et trouvent la liberté et l’imaginaire, grâce à ce héros de papier. Ils nous entrainent alors dans leur révolte et nous font revivre toutes les frustrations et les cicatrices de notre enfance.


Fracasse est l’histoire de la révolte contre l’autorité des adultes et la confiscation des rêves.


MA PLACE À TABLE

MA PLACE À TABLE

  • Ven. 11 oct. à 16 h + autres dates
  • Parc Georges Brassens - Le Monfort - Paris

Attablés avec les Frères Pablof, trente convives et une télévision prennent place autour d'une grande nappe à carreaux rouge et blanche. Quatre adolescents disent leur place à table et de ce fait témoignent de leur situation, des liens qui font ces familles, d’eux au milieu de tout cela. Les frères cuisinent et tentent de raconter leur fraterie, ce qui les réunit.


Des fragments d’histoires de vie aux motifs et couleurs différentes autour du thème de la famille, qui, chacune à leur manière mettent en récit celles qu'on subit, celle dont on rêve ou celle que l'on se crée.


DJAZIA SATOUR EN CONCERT

DJAZIA SATOUR EN CONCERT

  • Ven. 11 oct. à 20 h 30
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

En soirée d’ouverture, le festival vous invite à un concert pour petits et grands, avec Djazia Satour dont les mélodies chantées en arabe d’une voix puissante, telles des hymnes, sonnent comme un appel irrésistible à d’autres horizons.


De son Algérie natale, elle mélange le chaabi des années 50, les rythmes ancestraux des bendirs, les mélodies raffinées du banjo et du mandole avec les basses et les claviers analogiques d’une pop chaude et savoureuse.


L’authenticité de cette artiste électrisante nous embarque joyeusement à travers des imaginaires métissés.


Le jeune Yacou

Le jeune Yacou

  • Sam. 12 oct. à 10 h + autres horaires
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Le spectacle retrace en musique le chemin d’exil de son auteur, Yacouba Konaté, dit le Jeune Yacou.


Le récit de sa vie se déroule et chaque événement est l’occasion d’une nouvelle chanson, accompagnée aux percussions, interprétée en bambara, français, anglais ou arabe.


Un conte en écho aux épreuves que traversent ceux que la guerre fait fuir de leur pays, et, qui met en lumière la condition des réfugiés avec une intense humanité, et, souvent, avec la participation du public invité à chanter et à danser au fil du récit !


BAS LES MASQUES - WA WILDER MAN

BAS LES MASQUES - WA WILDER MAN

  • Samedi 12 oct. 2019 à 16 h et à 18 h
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Sur scène, trois personnages regardent les spectateurs avec de grands yeux apeurés.


Qui sont-"ils", ceux-là, qui sont assis dans la salle?


En tout cas, ils sont bizarres, inconnus, angoissants... et petits.


Qu'il y a-t-il de si étrange à ces étrangers? De tellement autre par rapport aux autres?


Pour se protéger contre ces curieux intrus, les personnages sur scène se masquent le visage, se déguisent, jouent aux plus forts et finissent de façon désespérée par se faire découvrir…


Bas Les Masques aborde le thème des réfugiés de manière imagée et humoristique !


VICTOR OU LA NAISSANCE D'UNE PENSÉE

VICTOR OU LA NAISSANCE D'UNE PENSÉE

  • Sam. 12 oct. à 19 h
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Victor ou la naissance d'une pensée (bon dans l'histoire il y a aussi un chien qui parle, Céline Dion et un facteur volant), c’est avant tout un concert avec des morceaux de théâtre dedans. Un concert théâtral, donc.


Ça parle et ça chante de ce moment-clef de l’enfance où l’on s’affranchit de ses parents, où l’on s’écarte un peu des adultes qui nous entourent et qu’on commence à penser par soi-même.


C’est finalement ce que l’on pourrait appeler un conte initiatique moderne (parce qu’il y a Céline Dion dedans) et musical (sans la musique de Céline Dion, par contre…).


LA SIESTE

LA SIESTE

  • Dim. 13 oct. à 10 h + autres horaires
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Venez avec un oreiller, une couverture, un doudou…


Laissez-vous bercer et plongez dans l’espace de détente collective proposé par Judith Gueyfier et William Hountondji.


Allongé sur des coussins, installé dans un transat, fermez les yeux le temps d’un voyage poétique sonore. L’illustratrice dessinera en direct ce moment de douceur et chacun repartira avec un bout de son rêve croqué sur le papier.


HISTOIRE DE FOUILLES

HISTOIRE DE FOUILLES

  • Dim. 13 oct. à 10 h + autres horaires
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Histoires de fouilles est un spectacle, une histoire curieuse du plastique, de ses origines, de ses transformations, des avancées qu’il permet et des problèmes qu’il pose. Qu’en faire ? Comment créer une chaine de vie et de recyclage qui puisse en permettre un meilleur contrôle ? C’est aussi une expérimentation concrète pour les enfants : autour du bac à sable et d’une mystérieuse machine à recycler.


Ludique et inventif, pour petits et grands, c’est un spectacle qui questionne les enjeux écologiques de notre monde d’aujourd’hui, pour mieux inventer demain !


MULE

MULE

  • Dim. 13 oct. à 15 h
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Mule c’est une fable joyeuse et cruelle, parfois immorale, portée par deux acrobates. Tout en proximité une relation délicate se tisse, à la fois tendre et compliquée. La mule c’est celle qui porte, celle qui fait la gueule, la terriblement égoïste et l’infiniment fidèle…


Au travers des portés et des jeux icariens, nos deux mules s’embarquent dans des cercles de plus en plus vicieux. Le duo s’aventure là où le poids d’une relation devient plus qu’une simple idée et vient habiller, par sa lourdeur et ses légèretés, l’ossature de ce fragile instant d’humanité.


PARFOIS ILS CRIENT CONTRE LE VENT

PARFOIS ILS CRIENT CONTRE LE VENT

  • Dim. 13 oct. à 16 h 30
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Au sein d’une sorte d'échafaudage, véritable écrin de ferraille, cinq artistes marocains et français évoluent entre acrobatie, voltige, parkour, danse, et récits de vie aux couleurs multiples.


Qui ils sont, pourquoi ils sont là ensemble, qu’est-ce qui les rassemble, qu’est-ce qui les oppose, de quoi est faite leur rencontre, qu’est-ce qu’elle soulève… autant de questions que ces hommes et femmes d’ici ou là bas, aux langues et corps différents nous livrent à travers cette oeuvre brute et sensible.


Une parenthèse enchantée, une sorte de lien entre ici et ailleurs, un peu comme un vent qui nous réchauffe ou nous bouscule de la France au Maroc ou inversement.


Une variation physique et sensible sur l’identité.


OH BOY !

OH BOY !

  • Mar. 15 oct. à 19 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Suspense, émotion, humour, tendresse, un spectacle qui fait aimer le théâtre aux enfants, réjouit les adultes et continue à hanter la tête bien après la représentation.
Oh boy !, c’est l’histoire simple et bouleversante d’une fratrie, celle de Bart que rien ne prédisposait à devoir assumer une famille tombée du ciel.
Un conte moderne qui interroge une société en mouvement et aborde avec force et humour les sujets délicats de la maladie ou de l’adoption, avec en filigrane les questions de la normalité ou de la quête des origines.


{ PRESSE }


Oh boy !, à voir d’urgence ! Parents, enfants, courez, courez ! Ne manquez pas ce petit bijou qui ravit, enchante, émeut, tout autant les gosses que les grands que nous sommes. Qui tire les larmes avant de les sécher avec une bonne blague. Qui dégoupille les clichés et réunit une famille disloquée à travers le parcours de Barthélémy Morlevent. C’est habilement monté, subtilement dosé et surtout, parfaitement interprété. Le Point


Au centre du plateau nu, une armoire devient tour à tour lit, bureau, maison, hôpital. Des objets – un canard culbuto pour exprimer la fragilité de Morgane, une poupée Barbie qui symbolise la juge des tutelles, une petite chaise que Bart manipule comme on prendrait un enfant dans ses bras...- ainsi que des figurines disposées sur des boîtes suspendues font naître situations et personnages. La Scène


NOUS SOMMES REPUS MAIS PAS REPENTIS

NOUS SOMMES REPUS MAIS PAS REPENTIS

  • Du 5 au 9 nov. 2019 à 20 h 30
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

On oublie parfois que Thomas Bernhard est un auteur aussi comique que méchant. La mise en scène de Séverine Chavrier, également interprète, fait souffler sur le plateau un air vivifiant qui le fait valser avec fracas, sans demi-mesure. Elle est d’autant plus fidèle à Bernhard qu’elle le met en mouvement, sans le réécrire ou l’adapter. Trahir, c’est aimer.
Au début, deux silhouettes, allongées dans une chambre d’enfant, chuchotent dans la pénombre, entourées d’une forêt immense, comme dans un conte. Elles sont soeurs et viennent de libérer leur frère de l’asile. Mauvais plan. L’intellectuel gâté, materné et maltraité, se venge dans des crises spectaculaires, casse et embrasse à la fois ses victimes et bourreaux. Dans un fouillis indescriptible de porcelaine et de vinyls piétinés, le trio infernal se livre à une guerre fratricide, saccage et moque la vieille Europe, ses valeurs, sa culture, son théâtre, ses vestiges pathétiques. Schubert ou Mozart font face aux dissonances du piano préparé. Savez-vous qu’il y a plus de nazis en Autriche aujourd’hui qu’en 1933 ? Le passé est un fantôme qui revient sans cesse, empoisonne, et la colère est intacte. Parfois, ils s’échappent au-dehors, dans des paysages filmés avec douceur. Alors, la noirceur des névroses familiales s’apaise dans une fraternelle mélancolie. L’essentiel pour Thomas Bernhard, c’était les acteurs et eux sont magnifiques.


{ PRESSE }


Drôle, tragique et rageur, le spectacle pousse l’exaspération et la haine de la famille à l’extrême, tout en provoquant des situations burlesques. (...) Aussi exigeant que délirant. Sophie Joubert, l’Humanité


JE CROIS QUE DEHORS C'EST LE PRINTEMPS

JE CROIS QUE DEHORS C'EST LE PRINTEMPS

  • Mar. 12 nov. à 19 h 30 + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

C’est l’anniversaire d’Irina. Les spectateurs sont accueillis comme s’ils étaient les invités, les amis d’Irina. Cet anniversaire est particulier. Irina a décidé de le fêter pour assembler les morceaux de sa vie. Elle est prête à le faire, mais pas toute seule. Elle a besoin d’aide...
Adaptation théâtrale inspirée d’un triste fait divers italien, Je crois que dehors c’est le printemps cherche à construire un dialogue avec les spectateurs.
Sur scène, Irina retrouve dans le public les personnages principaux de l’histoire de sa vie. L’enquête se construit, les mots sont habités par les protagonistes du soir, l’histoire se fait en direct sur le plateau.
De cette rencontre jaillissent sur scène et dans nos coeurs d’inattendues ouvertures vers la vie et l’amour.
L’autrice Concita de Gregorio a écrit ce texte suite à un entretien avec Irina Lucidi. En janvier 2011, son ex-mari a enlevé ses jumelles avant de se suicider sans laisser de traces de ses filles, toujours portées disparues.


{ PRESSE }


Gaia Saitta et Giorgio Barberio Corsetti jouent la sobriété, transformant les témoins improvisés en portraits vivants, intenses, subtilement éclairés par Marco Giusti, dignes de l’art italien de la Renaissance. Jamais vu un aussi bel hommage à la belle relation acteur-spectateur et à la qualité de l’émotion qui les unit. La beauté simple et l’intelligence scénique renforcent en douceur cette fable qui va, par petites touches, vers une fin optimiste, à contre-courant d’une époque qui magnifie et glorifie les monstres. Christian Jade, RTBF


REFLETS DANS UN OEIL D'HOMME

REFLETS DANS UN OEIL D'HOMME

  • Mer. 13 nov. à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Cie Diable au Corps


Intime et drôle, Reflets dans un œil d’homme interroge le désir, les désirs qui unissent hommes et femmes.
S’inspirant librement du livre éponyme de Nancy Huston, la compagnie Diable au Corps évoque les relations entre hommes et femmes, le rapport au corps de l’autre, la sensualité, le plaisir, l’amour, la différence des sexes et les contradictions de notre société entre pudeur et nudité exacerbées.
La haute maturité technique des portés, figures académiques ou trouvailles personnelles, le jeu avec la silhouette amollie d’un mannequin de tissu, les tableaux dénudés traduisent avec justesse, respect et sensualité ces émois, ces questionnements.
Ce trio séduit par sa subtilité, son humour et ses portés acrobatiques virtuoses.


40° SOUS ZÉRO

40° SOUS ZÉRO

  • Mer. 20 nov. à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

L’HOMOSEXUEL OU LA DIFFICULTÉ DE S’EXPRIMER + LES QUATRE JUMELLES de Copi


Louis Arene & Lionel Lingelser · Munstrum Théâtre


Après Le Chien, la Nuit et le Couteau, accueilli la saison dernière au Monfort, le Munstrum théâtre revient avec sa dernière création.
Monstrueuses, hilarantes et subversives, ces deux pièces au climat frigorifique mettent en scène les luttes fratricides de personnages cruels et extravagants en marge de la société et de l’espèce humaine.
Ici, on change de sexe à gogo et on crève pour mieux ressusciter dans un ballet post-apocalyptique, trash et jubilatoire.
Le théâtre de Copi, toujours aussi déroutant, nous parle bien de nous, de notre rapport conflictuel au monde et à l’autre avec un sens aiguisé de la parodie et du comique.
Dans une transe joyeuse et dévastatrice est célébré un théâtre de la catastrophe et de la cruauté, certes, mais un théâtre du rire et de la surprise avant tout!


{ PRESSE }


Avec 40° sous zéro, Louis Arene et ses comédiens s’emparent, dans un formidable tourbillon d’inventions et de bonne humeur grinçante, de deux pièces de Copi qu’ils actualisent à leur sauce explosive. Gérald Rossi, L’Humanité


CHAMBRE NOIRE

CHAMBRE NOIRE

  • Mar. 10 déc. à 19 h 30 + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

À l’appui du roman de Sara Stridsberg, La Faculté des rêves, retrace le destin tragique de la femme qui a tiré sur Andy Warhol.


La marionnettiste norvégienne Yngvild Aspeli met en scène un fascinant spectacle, dont la toile de fond est aussi ténébreuse que la liberté de forme et de ton, lumineuse.
Chambre noire est une hallucination sauvage autour du lit de mort de Valerie Jean Solanas, la plus belle gamine de toute l’Amérique, la diplômée de psychologie qui a passé sa vie à séjourner dans des institutions pour malades mentaux, la première pute intellectuelle, l’écrivaine, radicalement féministe, l’autrice du SCUM Manifesto, la femme qui a tiré sur Andy Warhol sans réussir à le tuer...
Un personnage complexe, pluriel, outrancier et absolument humain.


{ PRESSE }


Le public est embarqué dans un véritable tourbillon sonore et visuel dont il ne ressort qu’une heure et quelque après, avec la sensation d’avoir vécu une expérience hors du commun. Le Monde


Devastatingly poetic imagery. A stunning work of art. The New York Times


Un petit bijou de spectacle en somme – sombre, un peu grunge et déglingué ; mais beau à en crever. Les Trois Coups


Un mélange de feu et de glace, de précision et de fureur émotionnelle, une œuvre complète et incontournable. A voir, d’urgence. Toute la culture


WILLY WOLF

WILLY WOLF

  • Ven. 13 déc. à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

LA CONTREBANDE


Faut-il effleurer la mort pour se sentir vivant ? Qu’est-ce que le risque, la prouesse technique, la perte de stabilité, d’assurance, de repères ?
Avec une bascule, un plongeoir et une moto volante, la compagnie La Contrebande explore le destin, l’aventure de Willy Wolf, cascadeur auto proclamé « champion du monde de plongeon » au début du XXe siècle, disparu en sautant du pont transbordeur de Nantes devant 200 personnes, son public avide de sensations. L’histoire réelle d’un homme pris dans l’engrenage de « l’un peu plus »...


{ PRESSE }


Willy Wolf de la compagnie La Contrebande est un spectacle à l’humour vif, sur fond de plongeons vertigineux, moto volante et sensations fortes. Interprété par six acrobates de haut vol, ce personnage (qui n’apparaît qu’en filigrane, comme s’il était le 7e artiste de la compagnie) interroge sur les limites mêmes de ces artistes en quête de nouveaux défis.Experts en bascule, les acrobates de la compagnie, aiment le risque, comme Willy, ils vont toujours plus loin dans leur recherche d’exploits. Constant équilibre entre jeu et humour, le spectateur au cœur solide est invité à attacher sa ceinture. Nadira Belkacem, Metropolitain


LA TRÈS BOULEVERSANTE CONFESSION

LA TRÈS BOULEVERSANTE CONFESSION

  • Mar. 7 janv. à 19 h 30 + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

DE L’HOMME QUI A ABATTU LE PLUS GRAND FILS DE PUTE QUE LA TERRE AIT PORTÉ


d’après le roman d’Emmanuel Adely · Collectif NightShot


Février 2013, le magazine américain Esquire publie l’interview d’un ancien soldat qui, sous couvert d’anonymat, confesse être celui qui a abattu « le plus grand ennemi de l’histoire des États-Unis d’Amérique et du monde libre ».
À travers le récit haletant d’une opération menée par vingt-trois Navy Seals, guerriers des temps modernes surentraînés, gavés dès leur naissance à la pop culture et aux jeux vidéo, dominés par un virilisme exacerbé et des pulsions archaïques de toute puissance, le Collectif NightShot nous plonge dans la traque de « La Star Numéro Un du Mal » telle que nous autres, occidentaux, sommes incités à la fantasmer, en déployant l’imagerie et les clichés façonnés par une Amérique pervertie par son propre mythe. Une Iliade contemporaine, dont les dieux seraient des hélicoptères et des pizzas. Une expérience immersive dans notre inconscient collectif pour observer les individus biberonnés à la culture américaine que nous sommes devenus et questionner ce perpétuel paradoxe qui est d’adorer détester ce pays et de détester l’adorer !


CHEKHOV FAST & FURIOUS

CHEKHOV FAST & FURIOUS

  • Du 14 au 18 janv. 2020 à 20 h 30
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Superamas et 15 jeunes parisiens


À partir de l’œuvre Oncle Vania de Tchekhov, les Superamas, collectif européen qui travaille sur des formes artistiques transdisciplinaires, inventent un joyeux kaléidoscope avec de jeunes amateurs entre 18 et 25 ans, pour fêter le théâtre... et la jeunesse !


Pendant deux ans, ils ont travaillé avec des groupes de jeunes à Amiens, Maubeuge, Reykjavik, Vienne et Cognac, qui ont réagi à des questions aussi diverses que personnelles. Que veut dire réussir sa vie ? C’est quoi le bonheur ? Qu’est-ce que la tristesse ? Quelles sont les choses que vous regrettez ? Qu’est-ce que l’amour ? Ils se sont emparés de ces thèmes pour exprimer leurs doutes, leurs colères et leurs espoirs en ce début de XXIème siècle.


La pièce CHEKHOV Fast & Furious joue des codes de la représentation. Bourrée de clins d’œil, de références, d’emprunts, de jeux de double et de miroir. Un exercice théâtral hors des sentiers battus qui laisse la part belle à une jeunesse sensible et fragile, déterminée et généreuse.


Interroger le théâtre, le corrompre, le réinventer. Monter un spectacle comme un acte citoyen. Créer du lien.


• APPEL À PARTICIPATION •


Nous recherchons 15 jeunes entre 18 et 25 ans pour vivre avec Superamas une expérience autour du texte Oncle Vania de Tchekhov.
Vous voulez participer à un projet collectif, questionner le sens de la vie et tenter l’expérience du théâtre? Ce projet est fait pour vous !


Réunion d’information en octobre 2019.Répétitions en décembre 2019 et janvier 2020.
Renseignements : publics@lemonfort.fr


DR NEST

DR NEST

  • Mar. 21 janv. à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Familie Flöz


Après nous avoir enchantés avec Infinita, Familie Flöz revient avec sa nouvelle création.
Dans un établissement psychiatrique isolé, peuplé de destinées traversées par la folie, le Dr Nest embrasse sa nouvelle fonction avec assurance. Curieux, avide de savoir et débordant d’empathie, il découvre peu à peu les phénomènes singuliers et énigmatiques qui affectent ses patients : souvenirs effacés, corps fantomatiques, dédoublements de la personnalité, démons, chimères. Mais déjà le monde du Dr Nest menace de basculer. La ligne étroite qui sépare le normal de l’anormal, les actes conscients des pulsions, les personnes saines des personnes malades se brouille peu à peu à ses yeux. Inspirée par des histoires paradoxales appartenant au vaste domaine de la neurologie, la compagnie ouvre les portes d’un établissement psychiatrique fictif et fait découvrir aux spectateurs les mondes étranges où évoluent ses habitants ... et son personnel.Un spectacle où le comique se mêle au tragique pour raconter la fragilité de toute vie humaine.


{ PRESSE }


Sans paroles et pourtant si expressive, pleine de nostalgie et pourtant pleine de joie, c’est une comédie de caractère splendide et immensément habile. The Guardian


À la fin d’une représentation, on pouvait jurer que les acteurs avaient parlé, ri et pleuré. Une expérience théâtrale fascinante qui se déroule avec un incroyable contrôle du corps.Süddeutsche Zeitung


Le public hurle d’enthousiasme, ils se lèvent comme s’ils remerciaient les artistes pour le cadeau qu’ils viennent de recevoir. Berliner Zeitung


RENEGADES STEEL ORCHESTRA

RENEGADES STEEL ORCHESTRA

  • Lun. 3 févr. 2020 à 20 h 30
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Il s’agit incontestablement du meilleur steel band du monde. Ils sont capables comme nul autre de tout jouer avec un enthousiasme contagieux !
Originaire de l’île antillaise de Trinidad au large du Venezuela, le mythique orchestre traditionnel de bidons métalliques Renegades Steel Orchestra est une véritable philharmonie tropicale et vibrante qui transcende les genres.
Fruit d’une géniale récupération de déchets industriels, le « steel drum » ou « pan » – fabriqué à partir de fonds de bidon de pétrole – devient comme par magie un outil capable d’imiter tous les instruments de musique : chaque fût est martelé de façon à rendre le son de vingt-huit notes différentes sur autant de facettes. Dans cet orchestre, chaque bidon a sa couleur et imite un instrument. Un saxophone ici ? Un orgue Hammond là ? Une contrebasse ou encore un ensemble de cuivres ? Non : le numéro d’illusionnisme de ces musiciens atypiques ! Du reggae à la samba, de la salsa au calypso et du classique à la ballade soul, les dix-huit funambules du bidon d’acier nous emportent avec fougue !


{ PRESSE }


« Renversant, incroyable, fantastique : nous hésiterons longtemps encore sur le choix du superlatif. Les Renegades de Trinidad nous ont offert un fabuleux spectacle. » Impartial


« Le Renegades Steel Band Orchestra nous a scotchés. Pas de Biguine, ni de Mazurka créole, mais des pièces classiques à couper le souffle. Un moment rare. (...) Cet ensemble apparait aujourd’hui comme LE steel band indétrônable, le plus primé de Trinidad, capable comme nul autre de tout jouer avec un enthousiasme contagieux ! » France Musique


LE NOYÉ LE PLUS BEAU DU MONDE

LE NOYÉ LE PLUS BEAU DU MONDE

  • Du 4 au 8 févr. 2020 à 19 h 30
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Cie Le Bloc


Un homme est retrouvé sans vie sur une plage, recouvert de coquillages, méconnaissable. Les habitants découvrent au matin la dépouille de cet inconnu plus grand qu’eux, mieux pourvu, ne passant pas sous les portes, ne tenant allongé dans aucun des lits. Chacun comprend très vite qu’il s’agit d’un mort « venu d’ailleurs ». Sa beauté hors du commun s’impose à tous et bouleverse la vie du village...


Sous la forme d’un récit musical aux sonorités folk-rock, la compagnie Le Bloc nous fait découvrir cette nouvelle écrite en 1968 par Gabriel Garcia Marquez.
Telle une invitation au voyage, simple et intime, la parole, le chant et la musique nous rassemblent ici autour de l’histoire d’Esteban, qui fait profondément écho à notre époque.


LA NUIT DES MORTS VIVANTS

LA NUIT DES MORTS VIVANTS

  • Mar. 4 févr. 2020 à 20 h 30 + autres dates
  • La Nouvelle Salle - Le Monfort - Paris

Pour fêter les cinquante ans de La Nuit des Morts-Vivants de George A. Romero, Frédéric Fleischer et Joachim Latarjet ont recomposé la partition musicale du film.


Adieu cordes, clarinettes et bassons lugubres, remplacés par une création originale plutôt électro mais aussi trombonistique et électrique, qui, réinterprète les scènes comme autant d’unités indépendantes.


Une composition parfois drôle, sou-vent décalée mais qui jamais ne laisse de côté la dramaturgie implacable de ce chef-d’œuvre du film d’horreur.


RAMKOERS

RAMKOERS

  • Du 6 au 8 févr. 2020 à 21 h
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Cie BOT


Après l’énorme succès rencontré lors de sa venue au Monfort en novembre 2018, la compagnie hollandaise BOT revient pour notre plus grand plaisir.


Ramkoers (« aller au clash » en néerlandais) est une performance exaltante, une rencontre inattendue entre le théâtre et la musique.
Tour à tour mécaniciens, musiciens et chanteurs, les artistes de la compagnie BOT façonnent une rocambolesque aventure visuelle et musicale.


Avec une ingéniosité réjouissante, ils s’emparent de simples matériaux de récup’ – morceaux de ferraille, gouttières hors d’usage, poubelles déglinguées, barils rouillés – et leur confèrent une nouvelle fonction : celle de produire de la musique. D’une scène vide, ils font un incroyable capharnaüm, fruit d’un assemblage mécanico-musical improbable, teinté d’un surréalisme plein d’humour !


CLINAMEN SHOW

CLINAMEN SHOW

  • Mar. 25 févr. 2020 à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Groupe Bekkrell


Aujourd’hui ce que nous savons c’est que nous ne savons pas.


Ce que nous ne savons pas c’est comment définir ce que nous envisageons comme étant indéfini : le potentiel du vivant.


Traquons ses débordements, ses troubles, ses dérapages.


Au commencement il y a un radeau.


Suspendu entre le plancher et le grill du théâtre, un espace imprenable dans un temps imprenable.
Nous allons explorer cette zone, au risque de plonger dans l’exercice du doute.Avec nos corps suants, sonores, malléables. Hybrides.


Il y aura de la rouille, des mots, du cirque et des femmes!


FIRST TRIP

FIRST TRIP

  • Jeu. 12 mars 2020 à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Katia Ferreira · Le 5ème quart


Milieu des années 1970, dans la banlieue tranquille de Détroit, cinq adolescentes se donnent la mort. La sidération est totale. Rien dans l’apparente normalité de la famille Lisbon ne laissait présager le suicide de ces sœurs. Vingt ans après, leurs jeunes voisins, devenus pères de famille, n’ont rien oublié de ce drame dont l’énigme reste entière. Ils ré-ouvrent l’enquête et tentent de donner un sens aux faits, aux témoignages et à toutes les pièces à conviction collectés au fil du temps.


Comme dans le roman, Katia Ferreira choisit de raconter l’histoire des filles Lisbon du point de vue de ce groupe de garçons. Aux confins de l’enquête et de leur mémoire, ils recomposent leur souvenir de ces figures fascinantes et fantasmées, qu’ils ont aimées adolescents, et qui ne cessent de les hanter.
Katia Ferreira, comédienne dans Nobody de Cyril Teste présenté au Monfort, propose une adaptation théâtrale de Virgin Suicides, le roman de Jeffrey Eugenides porté à l’écran en 1999 par Sofia Coppola.


ROBOT, L’AMOUR ÉTERNEL

ROBOT, L’AMOUR ÉTERNEL

  • Jeu. 19 mars 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Après avoir dansé avec son père puis avec son compagnon et donné naissance à un petit garçon, Kaori Ito se retrouve face à elle-même, confrontée à sa vie d’artiste en perpétuel mouvement.
Elle se retrouve avec cette sensation très contemporaine que le temps s’accélère. Se mettre dans la peau d’un robot qui a tout à apprendre des comportements humains pour s’animer lui permet de prendre du recul sur l’humanité, de vivre enfin le moment présent, d’être vraiment vivante sur scène. Elle se retrouve enfin seule pour accepter la mort et apprendre à aimer ce qui fait vraiment l’essence des êtres humains, leur fragilité.


{ PRESSE }


Cet époustouflant spectacle tente de cerner le temps qui passe trop vite. (...) l’Univers créé est d’une beauté plastique étrange et surréelle. (...) Kaori Ito a mûri. Son humour est ici hanté par les grands enjeux spirituels.
La vie, la mort...Emmanuelle Bouchez, Télérama


On pourrait la croire docile, interprète virtuose collant aux styles, dès qu’il le faut, des Découflé, Platel, Preljocaj... Il n’en est rien, Kaori Ito est du bois dont on fait les rebelles, une âme troublante et créative à l’excès. Nathalie Yokel, La Terrasse


EIGHTEEN

EIGHTEEN

  • Ven. 20 mars 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Nouvelle Salle - Le Monfort - Paris

Antidote au temps qui passe, ni nostalgique, ni grave, Eighteen évoque la relation père-fille.


La pièce revisite une portion d’histoire de la danse contemporaine à travers le vécu de Thierry Micouin et celui de sa fille Ilana qui a assisté aux répétitions et spectacles que son père a créés ou auxquels il a participé en tant qu’interprète et vidéaste.


A la fois dialoguée et dansée, la pièce comporte des images d’archives. La composition sonore de Pauline Boyer, à travers un processus de mise en abîme, écrit la nouvelle sémantique de cette relation dans son actualité.


UN SPECTACLE

UN SPECTACLE

  • Ven. 27 mars 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Cie L’Unanime


Un spectacle est un spectacle. Il y a trois interprètes sur scène et des spectateurs dans la salle.


Il est possible que la lumière de la salle s’éteigne au début et se rallume à la fin du spectacle, il est possible que quelqu’un tousse dans la salle, que des projecteurs éclairent le plateau, que des interprètes fassent des choses, parfois ensemble et parfois séparément, il est possible que ce texte soit dans le programme d’un théâtre. C’est possible.


Un théâtre drôle et inclassable qui se télescope avec les arts plastiques, vif comme un feu en activité, coloré comme un coucher de soleil


DANS MA CHAMBRE - ÉPISODE 1

DANS MA CHAMBRE - ÉPISODE 1

  • Ven. 27 mars 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Nouvelle Salle - Le Monfort - Paris

Arnaud Saury · MMFF


Dans ma chambre est une série de performances domestiques qui, sans liens apparents, partagent toutes une même scénographie.
La chambre retrouve en quelque sorte l’usage que pouvait en faire le roi Soleil, avec bien moins d’apparat cela va sans dire.
Une dualité persiste, nous gardons en tête que la chambre, tout en devenant un espace de représentation, doit également rester dans le même temps une mise à distance du monde.


Dans ma chambre – Épisode 01 est le portrait quelque peu inaccoutumé et bavard (Darija et Fran-çais) du jeune danseur Marocain, Faissal El Assia.
Dans cette chambre, Faissal ne fait pas autre chose que ce qu’il fait parfois dans la sienne, c’est à dire danser. Faute de n’avoir le plus souvent d’autre espace sous la main, il faut bien faire avec.
Danser et travailler sa danse. Passer de chambre en chambre comme si de rien n’était.


DANS TON CIRQUE

DANS TON CIRQUE

  • Ven. 27 mars 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - le Monfort - Paris

L’Association du Vide


Ils balancent dans le vide leur talent et leur courage, tiennent à 10 mètres du sol à la force du poignet, attrapent en plein vol un corps fragile, changent de costume en un clin d’œil.


Des exploits, des paillettes, des mots, des trompettes, des artifices et des roulements de tambours... Mais à quoi ça sert ? Cymbale !


Cette question,ils se la posent sérieusement et tentent d’y répondre de leur mieux. Alors, venez voir !


UN SOIR CHEZ BORIS

UN SOIR CHEZ BORIS

  • Ven. 27 mars 2020 à 21 h + autres dates
  • La Grande Salle - Paris

Boris, il est artiste de cirque. Trappeur des banlieues, amoureux des ours et des chansons d’amour des années 80. Il est seul dans sa yourte et plein dans sa tête. Son enjeu : ses jeux.
Son accordéon, c’est son piment. Ça l’occupe de plus en plus ces derniers temps. Ça l’excite, le multiplie.
En revanche, son looper le pose, le rafraîchit. Il s’invente de l’air. Le vent se lève dans sa tête et le tient en équilibre. Cow-boy actuel, funambule de proximité...
Mon ami Boris, c’est l’autre, dans ma tête, peut‐être bien celui de la soirée disco, qui toque à la porte du chapiteau mais que je ne tiens pas tellement à laisser entrer, car on est déjà beaucoup trop !


DANS MA CHAMBRE - ÉPISODE 2

DANS MA CHAMBRE - ÉPISODE 2

  • Ven. 27 mars 2020 à 21 h + autres dates
  • La Nouvelle Salle - Le Monfort - Paris

Arnaud Saury · MMFF


Dans ma chambre est une série de performances domestiques qui, sans liens apparents, partagent toutes une même scénographie.
La chambre retrouve en quelque sorte l’usage que pouvait en faire le roi Soleil, avec bien moins d’apparat cela va sans dire.
Une dualité persiste, nous gardons en tête que la chambre, tout en devenant un espace de représentation, doit également rester dans le même temps une mise à distance du monde.


Dans ma chambre – Épisode 02 réunit, faute de local adéquat, un artiste de cirque (Édouard Peurichard) et un acteur (Arnaud Saury) avec la double contrainte de devoir partager leur propre pratique pourtant distincte, qui plus est dans un espace non dédié, l’enjeu étant de créer un club de lancers de couteaux dans la deuxième ville de France.
Un beau projet qui prendra très vite, et à n’en pas douter, beaucoup d’ampleur.


LES MÉTAMORPHOSES DU CERCLE

LES MÉTAMORPHOSES DU CERCLE

  • Ven. 27 mars 2020 à 21 h + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Ensemble Cairn


Les Métamorphoses du cercle consacre la rencontre entre une musicienne et un jongleur de cerceaux.


Il y a le(s) cercle(s) visible(s) qu’anime Sylvain Julien avec son corps mais aussi avec son humour, nous faisant découvrir du même coup les territoires insoupçonnés du Hula hoop, passant d’un à dix cerceaux sans sourciller.
Et les cercles, invisibles ceux-là mais bien audibles, que dessine le son de Cécile Brossard qui nous entraîne de la musique baroque de Bach à une composition d’aujourd’hui de Karl Naegelen.


Artistes aventuriers, chacun dans le territoire de l’autre, ils partagent le même espace du mouvement.
Ces métamorphoses opèrent comme une variation sensible, un hommage à cette figure essentielle qu’est le cercle, métaphore du cycle de la vie.


RÉSISTE

RÉSISTE

  • Ven. 3 avril 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Grande Sallr - Le Monfort - Paris

Johanne Humblet - Les filles du renard pâle


Pièce pour Fil Instable, musique viscérale, techniciens engagés et filambule bien perchée.
Une filambule évolue sur un fil à grande hauteur mais le fil est instable.Une musicienne, qui peut être un musicien, ne peut pas tomber.
Chacun résiste à sa façon dans une lutte absurde comme cri de liberté.


INSTANTE

INSTANTE

  • Ven. 3 avril 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Compagnie 7Bis


Toutes les danses ont un point en commun : le rapport au circulaire.
Le mouvement giratoire perpétuel entraîne la disparition de l’espace et du temps ; il ouvre symboliquement les portes d’une nouvelle réalité, un portail de connexion avec le sacré, en traversant sa propre intériorité.


A travers la performance physique, jusqu’à l’épuisement, on amène le corps au-delà de ses frontières.
Dans ce voyage d’élévation, on s’interroge, on se dévoile. Que choisit-on ? Le poids ou la légèreté ?


Le plateau se transforme en autel, en cérémonie désacralisée. Il s’agit d’une matérialisation de ce voyage au centre de soi-même


ROBERT N’A PAS DE PAILLETTES

ROBERT N’A PAS DE PAILLETTES

  • Ven. 3 avril 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Nouvelle Salle - Le Monfort - Paris

Au commencement, il y a ce câble en acier de 12,5 millimètres de diamètre et de 7 mètres de long. C’est une scène réduite où chaque pas compte.


À travers ce voyage au-dessus du vide, Arthur Sidoroff, accompagné par le musicien Thomas Caillou, s’aventure sur cette route parsemée de déséquilibres.


Arthur Sidoroff incarne une humanité brute avec un rapport intime à l’agrès et se présente sur le fil sans filtre, « sans paillettes » !


POUR SORTIR AU JOUR

POUR SORTIR AU JOUR

  • Ven. 3 avril 2020 à 21 h + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Chorégraphe majeur et danseur remarquable, Olivier Dubois présente Pour sortir au jour, solo dont il est à la fois l’auteur et l’interprète.


Retraversant quelques-uns des soixante spectacles auxquels il a participé depuis le début de sa carrière, il se livre – avec un regard très distancié (et souvent humoristique) sur lui-même – à un drôle de jeu qui évoque alternativement un tribunal, un peep-show ou encore un examen intime. En résulte un spectacle hautement singulier en forme de véritable renaissance.


THE GYRE

THE GYRE

  • Ven. 3 avril 2020 à 21 h + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

Tumbleweed


The Gyre est une pièce évoluant à partir d’une action extrêmement simple : marcher. Cette simplicité nous transporte délicatement dans les ourlets du temps et la conscience d’un univers sans absence. Deux danseurs tournoient inlassablement et déroulent pas à pas une partition captivante de mouvements entrelacés.
La ligne qui permet de les distinguer l’un de l’autre ondule, s’estompe et finalement, disparaît.


The Gyre plonge le spectateur dans un état d’hypnose léger. La chorégraphie entière circule en orbite autour d’un centre fixe, en analogie avec les planètes, et génère ainsi une variation continue des perspectives. Le temps, qui tout au long de la pièce s’égrène au rythme de leurs pas, se fond peu à peu dans la même courbure.


PORTRAIT DE RAOUL

PORTRAIT DE RAOUL

  • Ven. 3 avril 2020 à 21 h + autres dates
  • La Nouvelle Salle - Le Monfort - Paris

Philippe Minyana - Marcial Di Fonzo Bo


Sur le berceau de Raoul, les fées se sont penchées. Fée n°1 : Mama Betty, sa mère, couturière aux doigts de fée, qui lui donne le goût des costumes. Lui en tire le goût de l’ailleurs car la couture, c’est Paris. À peine débarqué, la fée n°2 fait son apparition, sous les traits d’un autre Raoul en exil, plus connu sous le nom de Copi. Il se retrouve habilleuse à l’Opéra où il rencontre la fée n°3 : Rudolf Noureev. Au Théâtre Gérard Philipe, la fée n°4, Stanislas Nordey, le fait passer des coulisses à la scène.


Raoul s’est toujours cherché et il s’est toujours trouvé. La fée n°5 le met en scène et en lumière : Marcial Di Fonzo Bo a rencontré Raoul il y a des années.
Depuis, ils se sont donné régulièrement rendez-vous sur scène.


LES TROIS MOUSQUETAIRES - Saison 4

LES TROIS MOUSQUETAIRES - Saison 4

  • Sam. 18 avril 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • Le Monfort - Paris

Collectif 49701


C’est une aventure au long cours : l’adaptation du roman de Dumas, Les Trois Mousquetaires, sous la forme d’une série théâtrale insolente, populaire et drôle qui compte en tout 6 saisons (6 spectacles) et 20 épisodes.


Le Collectif 49 701 revient au Monfort pour le second cycle du feuilleton, Le Temps des Assassins – Saisons 4, 5 et 6.
Il sera question de manipulations, de guerre, d’enfermement, de femmes, et de récits qu’on raconte pour s’en sortir.
Toujours dehors, toujours batailleurs, toujours luttant pour un théâtre explosif, surprenant et mobile, les mousquetaires explorent la partie sombre, sulfureuse et passionnante d’un roman qui n’est pas seulement pour enfants.


Saison 4 - 18 et 19 avril
Saison 5 et 6 - 25 et 26 avril


EN MARGE !

EN MARGE !

  • Mar. 21 avril 2020 à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Joris Mathieu en compagnie de Haut et Court


En marge ! vous invite à vous retrouver au pied du mur. Oui, littéralement, face à un mur qui occulte la scène, à moins que, par magie, même si c’est improbable, vous soyez capables de voir une porte là où il n’y en a pas.
Mais imaginons tout de même que vous trouviez cette porte, que vous la poussiez mentalement et que vous surpreniez quelques images et finalement le début d’une histoire. Celle d’un homme, muré dans un sinistre sérieux.
À moins que cela ne soit l’histoire d’une femme, l’histoire d’une rencontre entre deux individus que tout opposerait s’ils ne s’étaient pas égarés et rencontrés par hasard dans ce Théâtre.


En Marge ! est une fiction d’aujourd’hui, qui interroge, près d’un siècle après le roman Le Loup de Steppes de Hermann Hesse, la complexité toujours vivace de trouver sa place et de définir son identité à l’intérieur d’un monde qui se prétend nouveau, où la communauté s’est transformée en une addition de « je » et où l’industrie des loisirs est en développement permanent.


LES TROIS MOUSQUETAIRES - Saisons 5 et 6

LES TROIS MOUSQUETAIRES - Saisons 5 et 6

  • Sam. 25 avril 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • Le Monfort - Paris

Collectif 49701


C’est une aventure au long cours : l’adaptation du roman de Dumas, Les Trois Mousquetaires, sous la forme d’une série théâtrale insolente, populaire et drôle qui compte en tout 6 saisons (6 spectacles) et 20 épisodes.


Le Collectif 49 701 revient au Monfort pour le second cycle du feuilleton, Le Temps des Assassins – Saisons 4, 5 et 6.
Il sera question de manipulations, de guerre, d’enfermement, de femmes, et de récits qu’on raconte pour s’en sortir.
Toujours dehors, toujours batailleurs, toujours luttant pour un théâtre explosif, surprenant et mobile, les mousquetaires explorent la partie sombre, sulfureuse et passionnante d’un roman qui n’est pas seulement pour enfants.


Saison 4 - 18 et 19 avril
Saison 5 et 6 - 25 et 26 avril


LA FACULTÉ DES RÊVES

LA FACULTÉ DES RÊVES

  • Mar. 12 mai 2020 à 20 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Sara Stridsberg · Christophe Rauck


La Faculté des rêves de Sara Stridsberg met en scène la vie de Valerie Solanas, autrice du SCUM Manifesto, pamphlet radical appelant à l’éradication des mâles, aussi connue pour avoir tenté d’assassiner Andy Warhol.


Partant du texte original, la pièce cherche à retrouver ce qui fait de Valerie Solanas l’objet d’une autrice, entre étude de cas clinique, manifeste politique et fantaisie littéraire. Tenter non pas de suivre le fil d’une intrigue à l’épilogue bien connu, mais mettre à jour, sur scène, ce qui dans la vie et la personne de Valerie Solanas a conduit à cette fin. Orchestrer une variation autour du cas Solanas. Continuer d’interroger les limites de l’acte artistique, sa faculté à réintroduire le rêve et la pensée là où ils font défaut tout comme son incapacité, par essence, à modifier ce qui a été.


LES DODOS

LES DODOS

  • Mer. 13 mai 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • Espace chapiteau - Le Monfort - Paris

Le P’tit Cirk


Un grand moment de cirque à partager en famille. Main à main, voltige aérienne, acrobatie, anneaux chinois, rites absurdes, les Dodos multiplient les apprentissages de tous les possibles et se jouent de leurs peurs, de leurs conflits, avec une inébranlable naïveté et un humour insolent.


Les musiques sont leurs respirations. Du violon à la contrebasse en passant par les guitares, autant de variations sur cordes, sur corps, pour des mouvements acrobatiques et des cascades périlleuses.


Les Dodos défendent becs et ongles leurs rêves et partagent avec le public, sous la chaude lumière du chapiteau, un précieux combat : exister, le temps d’un spectacle, comme un acte de résistance !


CRÂNE

CRÂNE

  • Du 26 au 30 mai 2020 à 20 h 30
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Patrick Declerck · Antoine Laubin · De Facto


Patrick Declerck est anthropologue, psychanalyste, philosophe et auteur d’essais et de romans, dont Crâne, qui raconte son opération d’une tumeur au cerveau à travers un double fictif : Alexandre Nacht.
L’intervention est risquée, intrusive, spectaculaire. Elle doit se faire crâne ouvert et en étant éveillé pour ne pas endommager les fonctions cognitives. Elle a réussi.


Sur scène, trois acteurs se succèdent face à Alexandre Nacht, sous l’œil attentif du metteur en scène-chirurgien. Bien avant de faire connaissance avec l’homme, son charisme, son humour, c’est d’abord l’écriture de Patrick Declerck qu’Antoine Laubin rencontre.


« Récit clinique intense de son opération selon l’impressionnante technique de la chirurgie éveillée, Crâne raconte les étapes étonnamment vivifiantes d’un parcours médical et, à travers lui, l’évolution d’un rapport à l’altérité, à l’écriture, à la mort, au sens de l’existence ». (Antoine Laubin)


{ PRESSE }


En parfaite adéquation avec l’esprit de l’œuvre, ce spectacle très réussi nous fait redécouvrir la plume d’un grand auteur et nous confronte à une expérience humaine exceptionnelle : celle d’un écrivain menacé dans ce qu’il a de plus précieux, la conscience et le langage. Dominique Mussche, RTBF


En mettant en scène Crâne de Patrick Declerck, Antoine Laubin mêle magistralement vulgarisation scientifique et expérience humaine bouleversante. Jean-Marie Wynants, Le Soir


STÜCK PLASTIK

STÜCK PLASTIK

  • Mar. 2 juin 2020 à 19 h 30 + autres dates
  • La Grande Salle - Le Monfort - Paris

Marius von Mayenburg · Maïa Sandoz


Michael est médecin et Judith assistante de Haulupa, un célèbre artiste plasticien. Ils forment un couple d’humanistes de gauche, bienveillants et proches du burnout. Pour soulager leur quotidien, ils décident d’engager Jessica pour faire le ménage, la vaisselle, la cuisine et s’occuper de Vincent, leur adolescent, lui aussi en crise. Mais comment vont-ils pouvoir continuer à être de « bonnes personnes» maintenant qu’ils sont des patrons ?
Avec cette satire, Marius von Mayenburg fait apparaitre le gouffre existant entre nos convictions et nos actes à coups de monstrueux embarras. Rythme effréné de la langue, vivacité des enchaînements, ellipses surprenantes, variations d’adresses, mise en abîme, parcours parfaitement équilibré des personnages, humour noir, cynisme, mauvais goût, ironie, poésie, mystère, Stück Plastikimpose sans pudeur une plongée dans les recoins obscurs de nos âmes petites bourgeoises. C’est brillant, jouissif et ça fait très très mal !


{ PRESSE }


Portrait au vitriol du face-à-face entre ceux d’en haut et ceux d’en bas, la charge est explosive et réjouissante. Maïa Sandoz, qui incarne elle-même, avec un calme olympien, la femme de ménage tyrannisée, a monté la pièce en farce colorée aux faux airs d’installation plastique branchée. Intelligent, drôle et abrasif. Fabienne Pascaud, Télérama


ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ

ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ

  • Mar. 2 juin 2020 à 21 h + autres dates
  • La Cabane - Le Monfort - Paris

d’après la BD de Fabcaro · Paul Moulin


Ce théâtre radiophonique à l’humour corrosif raconte la fuite d’un auteur de bande dessinée car, sacrilège ! Il a oublié sa carte de fidélité en caisse d’un magasin. Au micro, les comédien·ne·s retracent le road-trip de ce nouvel ennemi public n°1.


« Fabrice est à la caisse d’un supermarché lorsqu’on lui demande sa carte du magasin. Il l’a oubliée dans son autre pantalon. La caissière appelle la sécurité. Fabrice prend la fuite. En quelques heures, il devient l’ennemi public n°1. »


Entre farce burlesque et satire puissante, cet auteur de BD est largué dans une société absurde. Huit comédien·ne·s irrésistibles, issus du théâtre, du cinéma ou du one-wo·manshow, relatent avec leur voix et des bruitages ce feuilleton surréaliste et cinglant.


{ PRESSE }


À moins de vouloir impérativement proposer une enfilade de mauvais sketchs dans un décor en carton-pâte, est-ce bien raisonnable de prétendre adapter sur scène une BD qui paraît en tout point inadaptable ? La réponse est clairement non. Sauf à trouver un twist brillant, comme ont su le faire Paul Moulin et Maïa Sandoz : non pas mettre en scène la BD de façon naturaliste, mais en faire une fiction radiophonique fabriquée à vue, avec un bruiteur et une perche son, quelques micros et une cinquantaine de personnages incarnés par huit (excellents) comédiens. Ève Beauvallet, Libération